Recherche
 
Fermer
 

Onchidoris bilamellata

Doris fer à cheval, doris rugueux (Québec)
Origine: Atlantique Nord Ouest et Est, sud de l'océan Arctique, nord du Pacifique Ouest

BIOTOPE
Ce nudibranche se rencontre depuis la zone inférieure de l'estran jusque dans la zone infralittorale*, jusqu'à plus de 20 m de profondeur. Il peut être également rencontré dans les estuaires (Zélande) ou dans les zones portuaires

DESCRIPTION
Ce doridien peut atteindre une taille de 4 cm et présente souvent une teinte blanche ornée de motifs marron. Les juvéniles et certains adultes peuvent apparaître entièrement blancs. Ses rhinophores* possèdent des lamelles inclinées (jusqu'à 16 lamelles). Les nombreuses branchies (jusqu'à 29) qui entourent l'anus ont une disposition originale qui aide beaucoup à la reconnaissance de l'espèce : elles sont en forme de fer à cheval assez aplati, avec une concavité du motif dirigée vers le bas. Le manteau est recouvert de papilles* en forme de petites massues. Leur extrémité est souvent claire.

ALIMENTATION
Le doris fer-à-cheval se nourrit de crustacés cirripèdes : Balanus sp., Elminius sp. Seules les parties tendres sont consommées, les parties chitineuses sont délaissées. Sur les côtes ouest des USA, il est réputé consommer également des bryozoaires (Membranipora membranacea) ainsi que des éponges dont il tirerait des substances toxiques utiles à sa propre défense. De manière générale, on pense que les juvéniles consomment principalement des bryozoaires.

REPRODUCTION 
Ces mollusques sont hermaphrodites*, les individus s'échangeant simultanément leurs gamètes* pendant un accouplement croisé. Au cours de leur vie il y aurait deux périodes de reproduction. Il semble bien que les grands rassemblements qui caractérisent cette espèce soient à mettre en rapport avec leur comportement reproducteur. La ponte a l'allure d'un ruban plat déposé en zigzag court et plus ou moins lâche, chaque ponte peut contenir 125 000 œufs. Les pontes les plus récentes sont de teinte blanche ; plus âgées elles deviennent gris verdâtre car elles sont colonisées par des micro-algues. Le volume important de la ponte de ces organismes, par rapport à la taille des animaux qui les déposent, s'explique par un gonflement, grâce à l'eau de mer, de la matrice protéinique qui entoure les capsules d'œufs. (G. Breton, comm. pers.). De nombreuses pontes sont déposées sur une même surface. Celles-ci sont observées en Atlantique Nord-Est de fin mars à septembre, et de août à décembre en Californie ; toutefois dans les îles Britanniques on cite la possibilité de voir des pontes tout au long de l'année.
A 10 °C l'incubation dure 17 à 19 jours.
Les juvéniles s'installeraient plutôt sous les roches de l'infralittoral*, et ce n'est qu'adultes qu'ils se déplaceraient pour être visibles au-dessus des roches.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
eygze
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...