Recherche
 
Fermer
 

On appelle plante carnivore tout végétal capable de capturer des proies (insectes, acariens et autres petits invertébrés essentiellement) et d'en assimiler tout ou partie afin de subvenir (partiellement) à ses propres besoins. Il existe plus de 600 espèces de plantes carnivores connues à ce jour.


Plante carnivore ?! Petite histoire de la carnivorie
 

L'histoire de la carnivorie des plantes remonte à bien longtemps. Au XVème siècle, des botanistes avaient déjà répertorié certaines plantes telles que les Drosera et Pinguicula, mais sans supposer quoi que ce soit de leur étrangeté carnivore. Ce n'est qu'au XVIIIème siècle que le débat va vraiment être lancé : en 1875, Charles Darwin, après certaines expériences et travaux de recherche sur le genre Drosera, mettra en évidence la faculté de ces plantes à capturer et à assimiler une proie. On parle alors de nutrition carnivore au sein du règne végétal !

S'en suit une guerre scientifique, politique, voire religieuse autour de cette théorie et de son inventeur. Bien que la plupart des scientifiques aient reconnu qu'il existait une interaction nutritive entre certaines plantes et les insectes, ce n'est que pendant les années 1970 que des équipes de chercheurs purent prouver par des tests chimiques que certaines plantes digèrent leurs proies : des plantes carnivores !. La carnivorité n'est pas seulement le fait d'attraper une proie, elle inclut sa digestion, grâce à des enzymes secrétées par la plante elle-même ou grâce à des bactéries présentes dans le liquide digestif, et l'assimilation des nutriments issus de ce processus de digestion.


Aujourd’hui, on reconnaît officiellement plus de 700 plantes carnivores, appartenant à 19 genres, eux-mêmes classés en 11 familles.

La culture
Les plantes carnivores ont souvent la réputation d'être diffcile à cultiver. Il faut avant tout connaitre leur milieu naturel afin de pouvoir comprendre comment vit une plante carnivore :

La pluspart de ces plantes vivent dans des milieux pauvres en nutriment dans le sol et très humide : tourbières, marais sabloneux. Le sol est acide et les plantes carnivores tel que les dionaea, les sarracenia et autres drosera pour les plus simples de culture et les plus connues croissent en plein soleil.

Voilà pourquoi lorsque vous cultivez chez vous une plante carnivore on conseille avant tout de les arroser abondemment, avec de l'eau non calcaire, et de les exposer au soleil!

Chaque espèce a pourtant ces particularités, vous trouverez sous chaque descriptif de nos plantes carnivores des conseils spéciques à la plante.

cephalotus_follicularis
Cephalotus follicularis
dionaea muscipula
Dionaea muscipula
darlingtonia_californica
Darlingtonia californica
drosera_aliciae
Drosera aliciae:

drosera burmannii
Drosera burmannii
Drosera falconeri
Drosera falconeri
Drosera capensis
Drosera capensis
Drosera petiolaris complex
Drosera petiolaris complex

Drosera rotundifolia
Drosera rotundifolia
heliamphora
Heliamphora
Nepenthes ephippiata
Nepenthes ephippiata
nepenthes rafflesiana
Nepenthes rafflesiana

Généralité sue les Nepenthes

Superbes et fascinantes plantes, principalement originaires de Malaisie (Bornéo, Sumatra, Java...).
Environ 75 espèces, quelques hybrides naturels et de nombreux hybrides horticoles.

Ce genre est particulièrement attrayant de par la beauté et l'originalité de ses pièges, mais sa réussite en culture demande tout de même quelques aménagements. En effet ce sont toutes des plantes qui réclament une très grande humidité nécessaire à la production des pièges (aussi appelés urnes ou ascidies). Il faut éviter le soleil direct, les plantes poussant en sous bois ou en situation ombragée.
L'idéal est de les cultiver en serre ou en terrarium (plus d'infos), malheureusement tout le monde ne possède pas ce genre d'équipement ! Une autre possibilité donnant de très bon résultat est la salle de bain, à condition toutefois que celle-ci soit assez lumineuse.


Une culture en appartement est possible avec les espèces citées ci-dessous, mais le renouvellement des pièges risque d'être compromis. Dans ce cas ne pas hésiter à pulvériser de l'eau de pluie très fréquemment (plusieurs fois par jour si possible) et évitez les courants d'air. Les racines des nepenthes doivent toujours être bien aérées, c'est pourquoi il ne faut pas laisser le pot baigner dans une soucoupe. Pour cette même raison le substrat doit être léger, avec 50 % de tourbe blonde maximum. Pour le reste utilisez un mélange de matériaux drainants: sable grossier, vermiculite, pouzzolanne, fibre de coco... Le polystyrène (en morceaux de 2 à 3 cm) donne de bons résultats.

Pour l'arrosage, attention aux excés: il semble que le bassinage des pots pendant quelques minutes plusieurs fois par mois soit idéal car cela permet de bien réhydrater l'ensemble du substrat tout en lui laissant le temps de s'assécher un peu entre chaque opération. Malheureusement ceci ne peut pas toujours être effectué, pour des raisons essentiellement pratiques (taille des pots, etc...)
Tout cela peut paraître contraignant, mais le résultat est sans aucun doute à la hauteur des efforts fournis.

Les nepenthes sont généralement classés en deux familles:
- les nepenthes de basse altitude, ou de plaine (dits "lowland" en anglais)
- les nepenthes d'altitude (dits "highland")
 

Cette différence va avoir des conséquences sur leurs conditions de culture optimale: les espèces de basse altitude sont soumises à un climat tropical chaud toute l'année, tandis que les espèces d'altitude connaissent des nuits et des hivers plus frais.
L'idéal est donc de respecter les exigences de chaque plante, mais les plantes faciles sont par définition très tolérantes et il n'est pas absolument obligatoire de suivre ces variations pour les quelques nepenthes de cette page.

Les nepenthes apprécient d'être cultivés en paniers suspendus: ainsi ils se développeront plus librement et il ne sera pas nécessaire de les tuteurer sans cesse.


Le piège:
Il est très intéressant de suivre son évolution jusqu'à son ouverture. En effet il provient de l'extrémité d'une feuille qui va peu à peu se recourber, s'aplatir, s'élargir, s'enfler, pour enfin ouvrir un piège particulièrement ingénieux et efficace. Le piège est donc situé au bout de chaque (ou presque) feuille. C'est une urne dont la taille peut atteindre 30 cm, recouverte d'un opercule fixe empêchant, comme chez les sarracenias, la dilution du liquide digestif par l'eau de pluie (et comme chez les sarracenias celui-ci est parfois vertical). Un piège n'est pas immortel, et il est tout à fait normal qu'au bout d'un certain temps (quelques mois en général) il commence à se dessécher (du haut vers le bas). La feuille qui le porte restera quant à elle verte plus longtemps.


Source: http://www.infoscarnivores.com/nepenthes.htm
 


Voir aussi le site: http://www.plantes-carnivores.com/fiches_techniques/Fiche_Technique_Nepenthes.php
 

Nepenthes Truncata
Nepenthes Truncata
nepenthes rafflesiana
Nepenthes ventricosa
nepenthes miranda
Nepenthes miranda
nepenthes veitchii_platychila
Nepenthes veitchii_platychila

Nepenthes Pitcher
Nepenthes Pitcher
Nepenthes Caesar
Nepenthes Caesar
Nepenthes alata
Nepenthes alata

Nepenthes maxima
Nepenthes maxima
Pinguiculas
Pinguiculas
Sarracenia alata
Sarracenia alata




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
3mrtHM
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...