Recherche
 
Fermer
 

Anémones, méduse et étoile de mer.

Ce sont habituellement des polypes solitaires sans stade méduse, dont la taille atteint de 1,25 cm à presque 2 m de diamètre. Leur anatomie montre un pied qui s'ancre dans le sable ou s'attache sur des substrats durs. Elles se déplacent par glissement sur le fond et peuvent même se déraciner et nager en cas d'attaque.
De façon opportuniste, elles se nourrissent de plancton, de petites crevettes ou poissons attrapés grâce à leurs tentacules. Les excréments sortent du corps par le même orifice.
En cas d'agression, certaines anémones de mer sont capables de projeter des filaments blancs urticants. Ces filaments ont des effets semblables à ceux des méduses pour l'homme. Les anémones de mer se reproduisent sexuellement ou par bourgeonnement asexué.

Information: - Les Amphiprion ou poisson clown protègent l'ané­mone contre l'attaque de certains prédateurs, notamment des poissons-anges et des poissons-papillons. En venant consommer an son sein la nourriture collectée aux alentours, ils la font de surcroît bénéficier des restes. Néanmoins, las anémones sont capables de capturer elles-mêmes des proies. Les petits poissons ou les crustacés passant un peu trop près en font les frais. Peu d'entre eux résistent aux nématocystes dont sont abon­damment pourvus les tentacules. Ces nématocystas peuvent être comparés à de minuscules harpons s'introduisant dans les tissus de la victime. Une fois immobilisée, celle-ci est lentement acheminée vers la bouche par des replis du manteau.

Elle est ingurgitée puis lentement digérée. Les ten­tacules des anémones sécrètent un mucus qui leur permet de se protéger les uns des autres. Les poissons-clowns ne possèdent vraisemblablement pas d'immunité spéci­fique vis-à-vis de l'anémone. C'est en se frottant contre ses tentacules qu'ils s'enduisent de mucus et se trouvent protégés. Les spécimens privés d'anémone pendant un certain temps doivent entrer progressivement an contact avec les tentacules d'une nouvelle anémone afin de rétablir lente­ment cette protection. D'une vulnérabilité extrême, ils ne peuvent se passer de l'hos­pitalité de cet invertébré dans la nature. Des expériences effectuées sur le terrain ont montré qu'un Ampbiprion transporté dans une zone sans anémones ne survit pas plus de quelques minutes aux agressions des poissons prédateurs carnassiers.

 Un lien trés interessant: https://www.aquaportail.com/definition-4270-anemone-de-mer.html#tableau_anemones_clowns

Anémone et son clown magnifiques poissons-clown dans une anémone de mer. Heteractis magnifica

L’anémone de mer n’a rien à voir avec l’innocente fleur dont elle tire son nom. Les poissons-clown et les bernard-l’ermite se lient d’affection avec les anémones.

Ci-dessous les étoiles de mer.
Les étoiles de mer peuvent mesurer de 5 cm chez la minuscule à plus de 1 m . La plus grande des étoiles de mer, peut dépasser 1,40 m de diamètre. On les retrouve à toutes les profondeurs dans tous les océans.
Elle se nourrit grâce à son orifice buccal, situé sur sa face ventrale et composé de cinq « dents ».
Certaines espèces ont la possibilité de se régénérer, c'est-à-dire la capacité de faire repousser un ou plusieurs de leurs bras si elles en sont détachées. Un bras perdu peut être régénéré en moins d'un mois.
Toutes les étoiles de mer ne sont pas inoffensives, certains sont des prédateurs de coraux. Elle est hérissée de piquants venimeux pouvant être dangereux pour l'homme.

Avec une vitesse de 60 mètres par heure, l'étoile de mer tournesol est l'une des plus rapides de sa famille.

Ci-dessous la méduse 
Elles passent toute leur vie en pleine eau. Elles sont composées de 97 % d'eau et de 3 % de matière sèche. Les mouvements des méduses sont lents ; elles sont entraînées par les courants marins.
Les mers arctiques abritent des méduses de 2 m de diamètre dont les filaments peuvent atteindre quarante mètres de longueur2. Certaines méduses pourraient même atteindre trois mètres de diamètre, avec des filaments de dix-huit mètres.
Les méduses se reproduisent lors de leur mort. En effet, lorsqu'une méduse est tuée elle libère ses spermatozoïdes (si c'est un mâle) et ceux-ci se dispersent dans l'océan après avoir rencontré leur équivalent femelle. Très souvent fuie à cause de ses cellules urticantes, la méduse a néanmoins des prédateurs.




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
negL
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Visites

 935097 visiteurs

 112 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...