Recherche
 
Fermer
 

Triturus vulgaris

La larve de triton vulgaire, commune dans nos mares dormantes, possède un épiderme transparent. Ainsi, les cellules pigmentaires ou chromatophores apparaissent facilement à l'observateur. Sur la face dorsale, notamment au niveau de la tête, ils sont disposés en grand nombre. Ceux-ci renferment de la mélanine : ce sont les mélanophores.
A un plus fort grossissement, le mélanophores apparaissent étalés, de forme irrégulière et denticulée. Certains laissent voir l'emplacement du noyau.
(La vidéo ci-dessous est la propriété du service BioMedia de l'Université Pierre et Marie Curie : 

Triton ponctué
Milieu forestier, bord de cours d'eau lents. Il peut devenir l’hôte des mares de jardin, il tolère des sites sans végétation immergée pourvu qu'un fond vaseux serve d'abri. A terre, les milieux favorables sont bien ensoleillés et généreusement pourvus en végétation.
 Espèce médio-paléarctique, des îles Britanniques à la Sibérie. Absent dans les régions péri-arctiques, au sud de la France, en Italie et sur la Péninsule ibérique. Un des plus répandus et abondants d'Europe.
 Taille moyenne, 6 à 11 cm, le mâle est plus grand que la femelle. Les adultes pèsent 2 à 5 grammes.
 Tâches sombres et rondes qui recouvrent la face dorsale, les flancs, le ventre et la gorge. Le bord de la queue et du corps est généralement orange à rouge surligné par une zone délicatement bleutée. Pour les femelles, la couleur de fond est brun clair à jaune avec des taches noires qui s'étendent jusqu'à la face ventrale et la gorge.

 La femelle a une crête discrète qui se limite à une membrane natatoire légèrement développée au niveau de la queue. Les orteils des mâles sont déprimés et bordés d'une frange cutanée. La tête est aussi large que longue.
 Vers et diverses larves d'insectes terrestres ou aquatiques.
 Dès février-mars, il gagne le milieu aquatique pour se reproduire. Cent à quatre cent oeufs sont pondus individuellement ou par paires sur des plantes. Le développement larvaire dure 2 à 4 semaines.
 Espèce pionnière, il colonise volontiers les nouveaux points d'eau bien ensoleillés, de faible profondeur et à végétation abondante. 

Source: http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
4KEB4p
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Visites

 1063804 visiteurs

 64 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...