Recherche
 
Fermer
 

Python regius

Nom scientifique : Python regius 
Nom commun : Python royal. Python boule
Famille : Boïdes.
Origine : Afrique occidentale, centrale.Forêts ombrophiles de plaines, savanes sèches.
Taille :   1,10 à 1,50m.

Description & Maintenance :
C'est le fameux Python royal. D'une taille adulte acceptable (120 à 140 cm) et doté d'un tempérament docile, il est populaire à juste titre. C'est cependant un serpent souvent timide qui a besoin de calme. Seuls les animaux nés en captivité s'alimentent correctement...
Le python royal peut vivre facilement avec des congénères, il faut toutefois qu'ils soient de même taille, pour éviter les problèmes. Lorsqu'il est effrayé, il se roule en boule, protégeant sa tête dans ses anneaux.

Terrarium :
Un terrarium de 120x75x90 peut abriter 2 à 3 adultes.
L'aménagement du terrarium doit tenir compte des particularités de l'animal. C'est un serpent nocturne, il doit donc disposer de plusieurs cachettes pour la journée, à différents points dans son terrarium, afin de permettre une bonne thermorégulation. Ce n'est pas la peine d'espérer le voir dans la journée, car son activité se situe quasiment exclusivement la nuit. Il est terrestre, mais il apprécie de pouvoir grimper, c'est ce qui explique la hauteur du terrarium qu'il faudra occuper avec de fortes branches solidement fixées.
Le meilleur substrat reste définitivement le gazon synthétique, pour un terrarium des dimensions citées, le coût est d'environ 100F, sachant que ce tapis aura une durée de vie conséquente, il est lavable à volonté, n'abrite pas de micro-organismes et ne pourrit pas même quand l'humidité est importante. Il faut prévoir 2 tapis, pour remplacer le premier quand on le lave.
Quand aux autres substrats, il existe les écorces de hêtre, qui ne sont pas idéales comme tout substrat meuble, car en cas d'ingestion, il existe toujours un risque. Les substrats organiques "vivent" toujours : ils sont sujets aux infestations de micro-organismes, on y trouve des fourmis, des acariens, des tiques, et tout un tas d'hôte indésirables dans un terrarium. De plus, ils pourrissent en cas d'humidité trop intense. Il faut éviter les écorces de cèdre et de pin, car elles dégagent un gaz appelé phénol lorsqu'elles sont chauffées, ce gaz est toxique pour les reptiles
Le papier journal pose aussi problème dans les atmosphères humides, et il n'est pas esthétique.
 
Température, éclairage et hygrométrie
La température diffère selon la saison. La température ambiante doit être de 27-29°C, avec un point chaud à 30-32°C
La nuit, la température doit être de 21-22°C, et elle ne doit jamais descendre sous 16°C. Pour le Python regius, une règle à respecter est d'éviter tout source de chaleur très localisée (type plaque chauffante, rocher chauffant, etc.) car le serpent ira s'y chauffer jusqu'à brûler. Il faut donc installer une chaleur diffuse, ce qui s'obtient en posant e fil chauffant sous le terrarium et non dans le terrarium.
La photopériode doit être de 12 à 14 h pendant la saison d'activité, et 8 à 10 h pendant la période de semi-hibernation. Un néon U.V. N'est pas nécessaire, car c'est un animalnocturne, d'une part, et d'autre part, il absorbe les souris en entier, ce qui lui procure un apport suffisant en vitamine D.
 
Alimentation :
Petits mammifères, oiseaux.
 On nourrit ce serpent de souris, toujours mortes, sauf en cas de force majeure (quand iln'accepte que du vivant, ce qui est généralement assez caractéristique d'un animal sauvage). Le plus adapté est d'avoir une réserve de souris congelées, et un petit élevage (tout dépend du nombre de serpents). Ainsi, on donne 2-3 souris congelées, puisune fraîchement tuée. La raison de cette alternance est simple : la congélation altère les apports en vitamines et éléments essentiels. Ainsi, en donnant 1/3 ou ¼ d'animaux fraîchement tués, on offre à l'animal tout les éléments alimentaires dont il a besoin. Si on ne désire nourrir qu'avec du congelé, il faudra alors se pencher sur les apports en vitamines annexes.
Ici, les problèmes d'anorexie ne seront pas abordés .
Un jeune jusqu'à 3 mois devra être nourrit 1 à 2 fois par semaine avec des souris de taille appropriées, par la suite, il faut réduire l'apport en nourriture, puisque les proies augmentent en taille et plus le serpent grandit, moins il le fait vite, il a donc moins debesoins. Pour des animaux d'un an et demi, à deux ans, on arrive à donner une grossesouris tous les 10-15 jours (les animaux mesurent 95 & 75 cm).
 
Reproduction :
Ovipare, 6 à 8 oeufs.
Les pythons royaux peuvent se reproduire vers l'âge de 3 ou 4 ans.
Période de repos :
On remarque, parfois avec inquiétude, que les pythons cessent de se nourrir au mois de septembre. Cet arrêt marque le début de la période de reproduction. À la fin du mois d'août, on commence à augmenter les rations de nourriture (1 repas par semaine), pour que les reproducteurs aient des réserves suffisantes pour tenir tout l'hiver et pour les femelles, il faut aussi fabriquer les oeufs. On commence à réduire les photopériode et températures en novembre, à la mi novembre, on cesse d'alimenter les animaux. Au coeur de l'hiver, la température diurne est de 26 °C, avec un point à 29°C réduit, et la photopériode est de 9 h, en janvier. C'est à cette période (septembre à février) qu'ont lieu les premiers accouplements, qui durent jusqu'en février. Généralement, on garde les deux sexes séparément et on introduit les mâles en janvier.
 
Détermination du sexe :
Il n'est pas possible de déterminer le sexe avec l'aspect extérieur de l'animal, il faut souvent recourir au sondage, car chez les boïdés, l'éversion des hémipénis est souvent un défi étant donné leur puissance musculaire impressionnante. Il ne faut pas sonder un serpent seul quand on ne sait pas le faire, les premières fois, il faut "s'entraîner" avec une personne expérimentée. Chez le mâle, la sonde atteint 10 écailles subcaudales, et chez la femelle,3 écailles subcaudales.
 
Ages des reproducteurs :
la reproduction, en laissant les couples ensemble toute l'année, la fécondité est
moins importante généralement. En janvier, on commence à remonter les températures et photopériode pour qu'en mars/avril elles atteignent leur niveaux d'été (14 h / 28-30°C).

Ponte :
 La ponte à lieu en Mars, et se prolonge jusqu'en juillet. Les femelles ne pondent qu'une
seule fois, généralement 2 à 8 oeufs, mais tous ne sont pas fertiles en général.
Incubation :
L'incubation s'effectue soit de manière naturelle, on laisse la mère s'occuper des oeufs, soit
de manière artificielle. Pour la manière naturelle, on maintient juste la température à un
niveau suffisant : 30-31 °C, et une hygrométrie constante elle aussi : 80%. Pour la mise en
incubateur, on réunit les conditions suivantes : on place les oeufs sur de la vermiculite
humide mais pas détrempée, à 30-32 °C, l'hygrométrie doit être de 80 %. L'éclosion a lieu
au bout de 80 à 105 jours.
 
Naissance et maintient des jeunes :
   Les bébés royaux ont les mêmes besoins que leurs parents. Ils muent environ 1 semaine
après l'éclosion, et mangent quelques jours après. Il ne faut pas leur proposer de souriceaux
roses, mais des sauteuses. Les conditions sont les mêmes que pour les parents, il faut juste augmenter un peu l'humidité afin d'éviter la déshydratation.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
FgMbzP
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Visites

 591076 visiteurs

 157 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...