Recherche
 
Fermer
 

Elaphe obsoleta

Nom scientifique : Elaphe Obsoletta Obsoletta : ( Pantherophis Obsoletus )
Nom commun : Serpent ratier américain
Famille : Colubridés.
Origine : Le ratier noir est présent dans le sud de l'Ontario, dans le Vermont, en Caroline du Nord, en Géorgie, en Illinois, en Louisiane, en Oklahoma, au Minnesota et au Michigan.
Taille :   peut atteindre 1,80m en captivité.
Espérance vie :     10ans
 
Description & Maintenance
 Cette couleuvre est robuste, et donc facile à élever. Elle est fine et longue, et de couleur brun foncé à noir. Dans la nature, elle sait se hisser dans les arbres jusqu’aux nids des oiseaux, mais elle consomme beaucoup de rongeurs. Au niveau de son comportement, elle peut avoir un caractère assez irascible de temps à autre ; il ne faut pas hésiter à la prendre régulièrement pour l’habituer rapidement. Ensuite son mauvais caractère apparaîtra beaucoup moins souvent.
 Ce serpent est parmi les plus longs qu'il est possible de rencontrer en Amérique du Nord. La plupart des sous-espèces mesure entre 85 et 250 cm mais des spécimens de plus de 200 cm sont relativement rares. Il existe 3 phases de coloration chez ces serpents. Le ratier noir qui est unicolore noir ou parfois avec des reflets blancs entre les écailles. Le ratier jaune, le ratier des Everglades et le ratier de Baird's qui possèdent des rayures tout le long de leur corps le ratier gris et le ratier du Texas qui sont tachetés. La tête est bien distincte du cou. La surface ventrale est à plat vers le milieu et se termine en angle sur les côtés ce qui l'aide à grimper facilement aux arbres. Les écailles dorsales sont relativement carénées, ce qui donne un sentiment rugueux au toucher. Le bébé de chaque espèce est tacheté.
 Assez agressif. Comme toutes les obsoletta il faut agir avec elle avec des gestes doux, jamais brusques et surtout jamais directement vers sa tête. Ce qui ne l'empêche généralement pas de faire vibrer sa queue contre le terrarium ou n'importe quel support! C'est l'une des sous-espèces les plus agressives, quelques précautions sont donc à prendre.
 Il existe 6 sous-espèces de serpents ratier, vivant tous en Amérique du Nord. Le serpent ratier noir (Elaphe obsoletta obsoletta), le serpent ratier jaune (Elaphe obsoletta quadrivittata), le serpent ratier des Everglades (Elaphe obsoletta rossalleni), le serpent ratier du Texas (Elaphe obsoletta lindheimeri), le ratier de Baird's (Elaphe obsoletta bairdi), le ratier gris (Elaphe obsoletta spiloides). Il existe aussi une variété issue du croisement entre le ratier noir et le ratier jaune qui est appelé le ratier verdâtre. Cette variété n'est pas reconnue comme une sous-espèce mais est commune ou l'aire de répartition du ratier noir et du ratier jaune se croise. Cette fiche est valable pour chacune des sous-espèces car les soins en captivité et la technique de reproduction sont relativement les mêmes pour chacun.
Moeurs : Semi-Arboricole / Diurne

Terrarium :
   Les jeunes sont logés dans des boites ferplast ou de petits terrariums, gare aux évasions ! Selon les sous-espèces et la taille du spécimen, on loge les adultes dans des terrarium allant de 80x50x50 cm (sujets de 100 à 150 cm) à 120x50x50 (sujets de plus de 180 cm) par spécimen. Un logement en couple est possible, ils sont sociables, mais il faut que les animaux soient de même taille, bien surveiller lors des repas (au mieux nourrir à part) et si vous souhaitez les reproduire il faudra les séparer durant l’hibernation. Pour un couple de grands spécimens (plus de 160 cm), un terrarium de 120x60x60 est un minimum. 
 Le sol sera meuble car ils aiment s’enfouir de temps en temps. . Si vous préférez un substrat naturel, je recommande d'utiliser des matières non toxiques comme des morceaux d'écorce, du terreau de forêt ou du gros gravier. Si vous utilisez ces matières, je vous conseille par contre de nourrir votre serpent hors de son terrarium car, si jamais, il ingérait l'une de ces matières elle n'est pas digestible et elle le ferait mourir d'une occlusion intestinale. Évitez à tout prix le sable ou les copeaux à base de cèdre car le sable favorise la prolifération des bactéries et le cèdre est toxique pour les reptiles et pourrait occasionner des troubles respiratoires à votre serpent. Ce substrat sera changé tous les 3 mois au moins, les excréments retirés dès qu’il en a. Une à deux cachettes sont nécessaire.  On peut opter pur une grande jardinière longeant tout l’arrière du terrarium et donc couvrant à la fois la zone chauffé de et non chauffée. On pratique deux trous dans cette jardinière, posée à l’envers elle fera office de cachette « 2 en 1 ». Sinon, pots de fleur renversés, demi-tubes de liège, litières pour chat renversés et troués feront l’affaire.
 Un récipient d’eau assez grand pour que l’animal puisse s’y lover totalement est impératif. On place une branche solide sur laquelle les serpent aimeront se dégourdir les muscles et se frotter lors de la mue. Seules les plantes artificielles sont appropriées. Vous pouvez opter pour des terrariums plus haut (mais toujours plus long que haut), 60 à 80 cm voire plus car ils grimpent très bien et utiliseront les branches si elles sont solides et s’il faut assez chaud en hauteur.
Hygrométrie : 50 à 70 %.

Température :
 Il lui faudra 30°C le journée et 22°C la nuit, avec un point chaud plus chaud (32°C)

Alimentation :
 Le serpent ratier a une préférence marquée pour les rongeurs mais ne dédaigne pas pour autant les oiseaux, les chauves-souris, les grenouilles et les insectes surtout pour les jeunes individus. Les proies sont tuées par constriction. Le bébé doit être nourri 2 fois par semaine. L'adulte est nourri chaque période de 7 à 10 jours.

Reproduction :
 Le serpent ratier est très facile à reproduire en captivité. Pour accomplir la reproduction de ce serpent avec succès, il faut s'assurer d'avoir en sa possession un couple mature. Le mâle est déjà mature à l'âge de 2 ans mais il est préférable d'attendre que la femelle aie au moins 3 ans. Tout d'abord, il faut prendre soin de bien nourrir le couple tout l'été pour s'assurer qu'il a un petit surplus de gras à l'automne. À partir du premier novembre, il faut le faire jeûner jusqu'au premier décembre. Au premier décembre, nous pouvons commencer à le refroidir.
 C'est pour cette raison qu'il faut le faire jeûner car un serpent qui est refroidi le ventre plein est voué à une mort certaine. Il faut baisser la température de façon graduelle, c'est à dire 2 ou 3 degrés par 2 ou 3 jours, jusqu'à ce que la température soit autour de 10 à 12 degrés Celsius. A partir de ce moment, il faut le garder à l'obscurité et le déranger le moins possible. Il faut quand même faire une inspection de routine chaque semaine pour s'assurer que tout va bien.
 Pendant cette période, le serpent demeure actif, boit et mue régulièrement. Il faut simplement s'assurer que le plat d'eau n'est pas à sec et que le serpent ne passe pas tout son temps à tremper dedans car il pourrait développer des problèmes respiratoires. Il restera en hibernation pendant 2 à 3 mois. À la fin de février, vous pouvez les réveiller tranquillement. Il suffit de suivre le même procédé que pour les refroidir mais à l'inverse.
 Lorsque sorti d'hibernation, il faut le nourrir. Attention de ne pas donner de proies trop grosses au début, car il a l'estomac paresseux dû au grand jeûne qu'il vient de subir. Après 2 repas, donc 2 semaines, vous pouvez introduire le mâle dans le terrarium de la femelle. Il est possible qu'ils commencent à se courtiser tout de suite. Le serpent ratier est relativement violent lors des accouplements.
 Le mâle mord souvent la femelle dans le cou et sur la tête. Ne vous en faites pas car il s'agit d'un processus normal et le ratier n'est pas réputé pour manger d'autres serpents. S'il ne semble pas intéressé par l'accouplement, ne vous découragez pas. Attendez simplement que la femelle aie fait une mue et remettez le couple ensemble.
 Gardez les dans la même cage pour au moins 2 semaines. Les 2 semaines écoulées, vous devez maintenant les séparer pour de bon. A partir de ce moment, nourrissez votre femelle généreusement car elle est probablement pleine d'oeufs et elle aura besoin de force pour le travail qui l'attend. Suite à l'accouplement, il s'écoule 2 mois avant que la femelle ponde. Vous devriez mettre une boîte de ponte à sa disposition après 1 mois de gestation pour lui donner le temps de s'y familiariser.
 Comme boîte de ponte, vous pouvez utiliser un plat de plastique de type boîte à soulier, dans lequel vous faites un trou assez grand pour qu'elle puisse y entrer facilement. Il suffit de remplir cette boîte avec de la vermiculite ou de la mousse de sphaigne humide pour convaincre la femelle d'y déposer ses oeufs. Si ce genre de boîte n'est pas disponible, il est probable qu'elle pondra dans son plat d'eau et les oeufs sont alors gâchés.
 Elle fera une mue 7 à 20 jours avant de pondre alors surveillez-la de près. Après 55 à 65 jours d'incubation, le bébé commence à sortir de l'oeuf. A la naissance, il mesure entre 25 et 35 cm et est relativement agressif. Ne vous en faites pas, l'agressivité diminue avec les manipulations. Essayez de lui offrir des bébés souris quelques jours après la naissance.
 S'il refuse, ce qui est peu probable, ne paniquez pas. Il faut parfois attendre la première mue, qui a lieu de 7 à 10 jours après l'éclosion pour qu'il commence à manger. Prenez soin de garder les bébés séparés car à cet âge, l'ophiophagie involontaire est fréquente.
 Ce phénomène se produit seulement quand un individu essaie de manger une souris qui se trouve déjà dans la bouche d'un autre. A ce moment, il est évident que le plus fort avalera son congénère en même temps que la souris et vous vous retrouviez avec 2 serpents morts sur les bras. Le premier parce qu'il s'est fait manger et le deuxième qui est mort étouffé par une proie trop grande pour lui.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
wyLC
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Visites

 1063759 visiteurs

 62 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...