Recherche
 
Fermer
 

Thamnophis Marcianus

Nom scientifique : Thamnophis Marcianus Marcianus
Nom commun : Serpent ou couleuvre jarretière à damier
Famille : colubridés
Origine : Amérique du Nord et centrale
Taille :   Environs 10-15cm pour les juvéniles et 60 à 115 cm pour les adultes, les femelles étant souvent les spécimens les plus grands.
Espérance vie :     8 à 14 ans.

Description & Maintenance
   La couleur de fond est d'un vert kaki sur le haut du corps et gris verdâtre sur le ventre et le bas des côtes. Une ligne dorsale beige part de la tête jusqu'au bout de la queue. De part et d'autre de cette ligne, des tâche carrées noires se répartissent sur le dos donnant ainsi un effet de damier noir et kaki.  D'autres tâches, moins géométriques et régulières sont présentent sur le gris du bas des côtes. La tête est vert foncé et un collier noir est visible au niveau du cou. Quelques bandes verticales grisés partent du bas des yeux jusqu'à la bouche donnant l'impression que des larmes s'écoulent. La mâchoire inférieure est grise et noire.

   Dans la nature, elle hiberne, aussi pouvez-vous lui programmer une saison plus fraîche pendant l’hiver, en descendant nettement les températures, progressivement.
 Cette couleuvre est parfaitement adaptée pour les débutants, mais son régime alimentaire est un peu contraignant.
 Manipulation: Pour des Thamnophis, ils sont assez facile à manipuler mais bien plus difficile à tenir qu'une Elaphes ou un Lampropeltis. Ils sont extrêmement vifs et rapides mais avec le temps ils se laissent faire sans trop vouloir nous fossé compagnie.

Terrarium :
   Outre les abris divers nécessaires, n’oubliez pas un grand abreuvoir, dans lequel elle chassera sans doute et se nourrira, et un sol bien sec.
 Un grand bassin d’eau sera nécessaire. Elle y reste souvent, y nage et peut y chasser.

Température :
   Il lui faudra 25-30°C le journée, avec un point chaud à 30-32°C ; et 20-22°C la nuit

Alimentation :
   Principalement des proies associées à l'eau comme des invertébrés aquatiques, jeunes amphibiens, poissons d'eau douce et très rarement quelques petits mammifères comme par exemple des souriceaux. Les vers de terre font également partie du menu.
    La nourriture est présentée aux serpents dans de petites soucoupes de verre, de façon à éviter au maximum le contact avec d’éventuels déchets présents sur le fond du terrarium. En effet, la nourriture souillée est refusée par les reptiles ou pire, avalée avec tous les déchets.
   Une des conséquences les plus courantes due à l’absorption de déchets est une infection que l’on appelle souvent  chancre buccal.
- Le poisson doit être parfaitement dégelé. Il ne faut jamais servir aux animaux d’aliments partiellement congelés.
  
- La nourriture dégelée ne se conserve que quelques heures. Toute proie négligée doit être, suivant son état de fraîcheur, donnée à un autre serpent ou jetée, et en aucun cas surgelé une seconde fois.
- Pour certaines espèces de poissons il faut prendre la précaution d’enlever les épines. Ainsi chez la perche il est nécessaire d’ôter les nageoires qui sont épineuses et la pointe des opercules. Ces épines ne présentent aucun danger lorsque le poisson est avalé normalement la tête la première, mais peuvent devenir fatale si pour une raison quelconque le serpent essaie de régurgiter sa proie.
- Le poisson surgelé cru contient une substance qui détruit une vitamine du groupe B. cette enzyme peut être détruite par un passage de cinq minutes dans un four à 80°C.
- A ces poissons entiers ou en morceaux on peut mélanger des bouts de viandes, des souriceaux nouveau-nés, des vitamines, du calcium ou tout autre élément utile à l’équilibre du régime alimentaire. Tous ces additifs seront consommés sans problème pour autant qu’ils soient bien imprégnés de l’odeur de poisson.

   Si néanmoins un animal refuse toute nourriture morte, ce qui arrive parfois avec des animaux importés à l’état adulte, on peut avoir recours aux deux méthodes suivantes :
 -La première consiste à ajouter des quantités croissantes de poissons morts dans un petit récipient contenant quelques poissons vivants. Le réflexe alimentaire du serpent  est déclenché par les mouvements créés par les proies vivantes. Il se saisira aussi bien d’un poisson mort que vivant.

   La deuxième méthode consiste à placer le sujet réticent dans un terrarium ou se trouvent des serpents déjà habitués à la nourriture morte. L’odeur de poisson associée aux mouvements créée par les serpents occupés à s’alimenter poussent souvent l’abstinent à sortir de son jeune.
 Les animaux arrêtent naturellement de s’alimenter pendant les périodes de mues ou à l’époque de la reproduction.

    Les nouveau-nés ou les juvéniles doivent être nourris deux à trois fois par semaine. La quantité idéale est atteinte quand il reste un peu de nourriture sur la soucoupe à la fin du repas. Un élevage de poissons exotiques très prolifiques, comme mes Guppys ou les Xiphos, peut s’avérer intéressant pour l’alimentation des serpents nouveau-nés.
- Hibernation .
 Tous ces serpents présentent donc une période de repos annuel, l’hibernation, qui s’étend en moyenne d’octobre à mars. Elle est indispensable, et diverses expériences ont démontré son influence essentielle sur la reproduction et la longévité. Ces animaux qui n’hibernent pas sont incapables  de se reproduire, ou le font d’une façon irrégulière, et présentent une diminution de leur longévité. Enfin, nous avons souvent constaté que des animaux qui ont hiberné présentent un état de santé bien meilleur et montrent un taux de croissance supérieur à celui d’un animal qui n’a pas eu de repos annuel .

 Pendant la période de septembre et octobre, nous diminuons progressivement la température de la résistance chauffante pour la couper définitivement quand elle atteint la température ambiante (10 à 15°C). Cette  diminution de chauffage s’étend sur une période de deux à trois semaines. Les animaux sont alors transférés dans des terrariums placés dans une pièce la plus fraîche possible, à température constante (8 à 10°C), par exemple une cave.
 Le fond des terrariums d’hibernation est  garni d’une dizaine de couche de papier journal qui fournit aux serpents des cachettes bien isolées. Un bac d'eau doit toujours être à la disposition des animaux, car il n’est pas rare de les voir s’abreuver ou se baigner pendant l’hiver.

   A la fin mars, début avril la température de la résistance chauffante est progressivement augmentée suivant le même rythme que pour la mise en hibernation. Les animaux sont ensuite replacés dans les conditions normales d’élevage.
   Les serpents que l’on place en hibernation doivent présenter un parfait état de santé et recevoir le dernier repas au plus tard quinze jours avant le début de la diminution de température. Il ne faut jamais commencer à refroidir des serpents qui n’ont pas complètement digérés des aliments. La même restriction s’applique aux femelles gravides. Pendant l’hibernation, si un serpent présente des signes de maigreur excessive, il faut le réveiller (toujours progressivement) et recommencer l’alimentation au plus vite.

Reproduction :
   Elle est aussi ovovivipare, c’est à dire qu’elle met bas ses petits, au nombre général de 6 à 20.
Très facile. Les candidats reproducteurs doivent avoir environs 18 mois mais les cas de reproductions chez des individus plus jeunes ne sont pas rares (11 mois sans hiberner!). Plus la femelle est grande, plus elle sera capable de faire un grand nombre de petits. Après une période de repos hivernal de 2 mois, la femelle peut être placée dans le terrarium du mâle si ceux-ci ne partagent pas déjà les même appartements.
 

 Les femelles sont ovovivipares, elles ne pondent pas mais gardent leurs oeufs dans leur corps. Après 90 à 150 jours de gestation, les jeunes, entre 6 et 25, sortent du corps de la mère et sont parfaitement autonomes. Il faut retirer les jeunes du terrarium de la mère car ils risquent de se faire écraser ou dévorer par erreur car ils sont très petits. Il faut s'attendre à avoir de 1 portée par an rarement 2 ou 3.
  Les femelles stockent le sperme d'une seule copulation qui servira pour les mois ou années suivantes. Cependant, pour augmenter les chances de succès, ils convient de présenter chaque année des mâles aux femelles, l'idéal étant 2 mâles pour une femelle. La compétition entre mâle les stimulant à se reproduire.
Particularité: Peuvent être maintenus seul, en couple ou en grand groupe en fonction de la taille du terrarium. 
 

 En captivité, la base alimentaire peut être du poisson supplémenté en vitamines (car il y a de la thiaminase dans tous les poissons) ou des souriceaux. 
   Ce serpent est assez répendu dans la nature sauvage et des spécimens albinos et hypomélantiques (très rare) existent déjà dans les élevages. Bien après les Thamnophis Sirtalis Sirtalis et les Thamnophis Sauritus Sauritus, c'est l'un des Thamnophis les plus courament disponnibles à la vente chez les professionnel ou lors des bourses.
 
--------------------------------------------------------------------------------
Source: Autorisation de  JungleShop qui est une marque déposée.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
YbzW
Recopier le code :
1 Abonné
Visites

 1630287 visiteurs

 129 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...