Recherche
 
Fermer
 

Vers de terre et Vers de terreau

Il faut disposer d’un coin écarté, discret. Un élevage de vers de terre en équilibre est parfaitement inodore. Il existe deux variantes . Sur butte, en empilant la nourriture. Ou en bacs sommaires. La butte ne coûte rien, mais le bac cimenté permet de mieux contrôler certains paramètres humidité notamment et d’éliminer les prédateurs. Nous nous simplifierons la vie en créant une petite butte discrète, dans un endroit naturellement bien arrosé.

 Pour démarrer, superposez deux ou trois épaisseurs de carton ondulé bien mouillé, directement par terre. Dessus, rajouter toute sorte de déchets végétaux : épluchures de légumes ou de fruits, gazon, rafles pédoncules et pédicelles d’une grappe de raisins pressés après les vendanges, etc. Écrasez, broyer, hachez menu. Et arrosez abondamment avant de recouvrir d’une ou plusieurs couches de carton et de gazon qui préservera l’humidité.

 Attendez une bonne semaine en arrosant régulièrement. Il faut effectivement que la décomposition bactérienne amène ces substances au stade idéal pour les vers. Enfin, introduisez une colonie de petits vers. Une colonie bien groupée. Ne les dispersez surtout pas. Ils ne s’en.. relèveraient pas. Ces vers-là sont extrêmement grégaires, contrairement aux grands lombrics. Par la suite, vous enrichirez régulièrement ce substrat avec les mêmes ingrédients.

 Du carton, du papier même, faute de mieux. Les vers digèrent la cellulose. Dans de bonnes conditions entre 18 et 22°C, chaque Eisenia produit un cocon tous les 5 jours. Il en sort des vermisseaux qui deviennent adultes en moins de 2 mois. Quelques erreurs à éviter. Méfiez-vous en été de la chaleur dégagée par ce compost. Faute d’arrosage fréquent plus qu’abondant, elle risque de tuer les pensionnaires. 
 
 Eclosion de cocons de vers de fumier, eisenia Foetida


Le lombric, un allié du jardinier
 Pour ma part, la technique que j'emploie pour avoir des vers est simple et assez efficace, j'arrose un secteur d'environ 1 m² assez abondamment, je recouvre d'une bâche que je maintient avec plusieurs parpaing, je laisse reposer quelques jours et je récolte les vers (bien frais et vigoureux en général) le jour de la récolte.
Le ver de terre ou lombric ( embranchement des annélides, famille des Lumbricidés ) est un grand travailleur, il joue un rôle fondamental dans la biologie de notre sol.
 
--------------------

Ver de terreau
-Perionyx excavatus et Eisenia foetida
Il vous faut un bac étanche de dimension respectable, par exemple 40 cm de large, 50 cm de long et 40 cm de profondeur. Versez en environ 15 cm de terreau acheté en jardinerie et évitez la terre du jardin, souvent collante et qui contient des cailloux susceptibles de blesser les vers lors des manipulations. Humidifiez très légèrement le terreau et brassez le, il doit être souple et surtout pas détrempé. Placez-y la quantité de vers que vous voulez conservez ( de préférence des vers de terreau de 4 à 8 cm), un tel bac peut en contenir des centaines. Récupérez du carton d'emballage brut, en papier marron, non glacé ni imprimé. Déchirez le en plaque de 30x30 environ, que vous laisserez tremper dans l'eau quelques minutes. Quand il a ramolli, égouttez le et posez le sur le terreau à plat, en recouvrant toute la surface de plusieurs couches. Recouvrez le tout d'une feuille de plastique étanche (sac poubelle, linoléum...). Cette feuille est destinée à prévenir le dessèchement du mélange. 
 Rapidement les vers vont migrer vers le carton et s'en nourrir, le transformant en terreau bien noir. Rajoutez du carton quand il vient à manquer, et proscrivez les épluchures, fruits pourris ou autres détritus organiques qui attirent les moucherons et dégagent des odeurs désagréable. La température de la pièce est importante. Evitez bien sûr l'exposition au soleil et la proximité d'un radiateur, mais sachez que les vers seront plus actifs à 15-20 °C. Ils pourront même se multiplier si tous les paramètres leur conviennent.
 Avec un peu de soin, on conserve facilement des vers de terreau toute l'année, et l'on peut même espérer les voir se multiplier en captivité. Le coût est dérisoire, la technique est sans odeur. Désormais, vous aurez toujours des vers à volonté pour pêcher la perche ou pour l'ouverture de la truite.
 




Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
 
Fermer
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
ceLy5
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!
Visites

 928519 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

 
 
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...